mercredi 6 mai 2015

Charlotte : Classique du cinéma : Et le cinéma français alors ? La grande illusion de Jean Renoir.



Hello les p'tits bwibwiiii's !

Encore un article dans ma catégorie rétrospective du cinéma :). Et aujourd'hui j'aimerais vous parler d'un film qui m'a à nouveau bien plu et que j'ai envie de partager avec vous : 

La grande illusion de Jean Renoir



Certains le savent peut-être, mon mémoire de fin d'étude traite de François Truffaut et Jean Renoir et de leur manière d'amener l'intime à l'écran (en gros du gros du gros, on va éviter le trop pompeux ^^).
Du coup, c'est tout naturellement que je suis amenée à visionner les films de ces deux réalisateurs. Ce weekend, j'ai regardé ce film, sous un plaid, avec un bol de chips (non j'avais pas de chips mais chuuuut) et mes n'animaux d'amour qui me regardaient avec leurs yeux de "Euh, tu sais qu'aujourd'hui on peut regarder des films en couleurs ? Nan mais allô quoi ! Des films en noir & blanc ... Tu fais ta bobo ou quoiiii ?!"

Le film peut paraitre assez long, environs deux heures. Mais une fois que tu rentres dans la fusée, tu ne décroches plus d'ton écran d'ordi (arrêtez de me faire croire que vous téléchargez pas !).

Le point que j'aimerais aborder dans ce film, mise à part le point de vue hyper réaliste de Renoir (qu'on retrouve dans pratiquement tous ses films), c'est le rapport social entre les personnages et cette mini morale que tout est illusoire, les différences sociales et même cette guerre (la première guerre mondiale dans ce cas-ci).
J'ai beaucoup aimé la façon qu'à Renoir pour amener à ce sujet. Je m'explique :


Chaque classe sociale est représentée et cependant, elles disparaissent toutes. On s'en fiche que X soit un fils de riche ou non puisque l'important c'est de rester tous soudés et de se soutenir pendant cette période difficile. Toutes les langues sont mises en avant puisqu'au final pendant la guerre, de nombreux pays ont participé et de ce fait de nombreuses langues étaient mises en contact. Renoir joue là sur son côté réaliste. 
Enfin j'aimerais vous parler du rapport entre les deux généraux :
On a d'un côté Boëldieu et  de l'autre von Rauffenstein. Deux aristocrates, l'un pensant que son statut social est le seul légitime et qu'il faut réprimer les petites gens, l'autre a plutôt l'air d'avoir compris le sort que va subir dans le futur l'aristocratie et justement préfère qu'un type comme Maréchal (Jean Gabin dans le film) qui trime dure gagne plus que lui dans la vie puisqu'au final ben IL TRAVAILLE

Pour moi, La grande illusion reste un de ces grands films qu'on devrait tous avoir vu au moins une fois dans notre vie. Du réalisme, de la morale pas pompante, un superbe Jean Gabin ... Que du positif (ou presque ;)).

Bisous, Bisouuuus <3.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

BLOG DESIGN BY BELLA LULU INK