lundi 23 mars 2015

Charlotte - Classique du cinéma : Laura de Otto Preminger.

Salut les p'tits bwibwiiii,

EURÊKA ! Pourquoi me direz-vous ? Et bien, en réfléchissant à mon article sur Inherent Vice, et en discutant avec 2-3 amis, j'ai eu l'idée de pousser plus loin l'idée d'articles cinématographiques en vous proposant mon point de vue sur certains classiques du septième art.
Hé oui, à quoi ça sert de faire un master en analyse cinématographique si j'peux même pas exploiter mon potentiel ?!
Du coup, je propose d'ouvrir une catégorie de type "rétrospective" où j'aborderai d'anciens films, des classiques ou même des films plus récents mais déjà en DVD style Drive, Seven etc ... Tout en les critiquant, en donnant mon point de vue et puis pour ceux qui n'auront pas vu les films ça vous donnera une petite idée de quoi regarder chez vous sous la couette (ou pas ^^).

Le premier film que je voulais aborder avec vous c'est ....

Rrrrroulement de tambour (et attention roule bien le R sinon c'est pas drôle)

Laura de Otto Preminger


C'est dans le cadre d'un cours à l'université que j'ai du le voir. Donc je l'ai ... bien évidemment acheté (Oui oui je téléch... achète tous les films que je regarde).
C'est donc un long-métrage sortit en 1944, du réalisateur Otto Preminger, en noir et blanc.
Laura est retrouvée morte dans son appartement et le policier McPherson mène l'enquête. En une ligne c'est ça. Mais va y'avoir des rebondissements, des morts qui ne sont pas morts, des amoureux pas très amoureux, toussa toussa.
On est en plein dans une histoire policière qui tient superbement bien la route. En général, je tente de mener l'enquête en même temps que le policier et là, je n'ai rien vu venir. Tout du moins, je pensais que le coupable en était un autre :p ET BEN NAN ! Du coup, de ce point de vue là, je suis agréablement surprise.
De plus, pas une seule fois il m'est venu à l'esprit de faire pause et d'aller me chercher de quoi manger ce qui est plutôt positif et montre que je me suis pas emmerdée (oui quand je mange sans raison c'est parce que je m'ennuie, toi pas peut-être ? ... ^^).
Je pense que l'intérêt de ce film réside dans le fait que s'entremêle une intrigue policière mais aussi un drame psychologique sur les relations entre êtres humains. Avec ce McPherson qui raconte l'histoire à sa façon, avec ses propres yeux et son amour pour Laura, une femme qu'il ne connait qu'à travers les photos et récits des autres personnages. T'ajoute à tout cela une voix off tout comme il faut pour te commenter ce qui se passe à l'écran, et pas mal de flashbacks, tu mélanges le tout, un peu de sel, du poivre et la soupe est prête. L'analyse de l'utilisation des retours dans le passé mériterait un article à lui tout seul mais ce n'est pas mon sujet ici.
Enfin, le jeu d'acteur est tout comme le veut l'époque, assez scolaire, plutôt théâtrale, ce n'est pas ce dont nous sommes habitués aujourd'hui. On te place des lumières en pleine tronche de Laura histoire de la rendre encore plus belle, en mode starlette d'Hollywood. Mais c'est ce qui donne le charme au film, et surtout à l'époque. 

A mon sens, pour ceux qui n'ont pas l'habitude de voir ce genre de film, il est une bonne alternative pour commencer et se lancer dans l'aventure des classiques du cinéma.

A la prôchaine les ciné-amis,

Bisous, bisous.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

BLOG DESIGN BY BELLA LULU INK